1

L’austérité, une histoire d’horreur ! Des centaines de personnes de la région se joindront à la manifestation du 31 octobre à Montréal

Québec, le 31 octobre 2014 – Des centaines de personnes des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches se rendront à Montréal le 31 octobre pour participer à la manifestation organisée par  la Coalition opposée à la tarification et la privatisation des services publics sous le thème L’austérité, une histoire d’horreur. Le Regroupement d’éducation populaire en action communautaire des régions de Québec et Chaudière-Appalaches (RÉPAC 03-12), qui s’occupe des transports pour la région, se réjouit du grand nombre d’inscriptions dans les autobus.

« La dernière fois que la mobilisation a été aussi forte pour une manifestation ayant lieu à Montréal, c’était en plein milieu du printemps érable. Ce n’est pas évident de mobiliser pour une manifestation qui a lieu à Montréal, un jour de semaine, le jour de l’halloween, mais pourtant les gens sont aux rendez-vous. Nous espérons que ça v envoyer un message fort au gouvernement », s’est réjouit Vania Wright-Larin du RÉPAC 03-12.

Colère et inquiétude
Le discours du gouvernement libéral ne passe pas du tout, les gens sont en colère et ils ont l’impression d’avoir été floués par le gouvernement qui n’a pas fait campagne sur ces véritables priorités. « C’est clair que le véritable agenda de Philippe Couillard, c’est la privatisation et la réduction de la taille de l’État. Est-ce qu’on a parlé de ça pendant la campagne électorale? Non. Est-ce qu’on a promis de couper en santé, en éducation et dans le financement des groupes communautaires? Non ! », s’est indigné le porte-parole.
Ce sont les plus vulnérables qui paieront le plus cher. « Une personne sur dix au Québec est incapable de couvrir ses besoins de base. Pour ces personnes, de nouvelles mesures d’austérité ça veut dire choisir entre les activités parascolaires et l’épicerie de la semaine. Pour nous, un gouvernement qui dit aux gens qui vivent en situation de pauvreté qu’ils devront se serrer la ceinture n’a pas la légitimité morale pour gouverner », a poursuivi Monsieur Wright-Larin.
Des alternatives existent
Les 18 solutions fiscales développées par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics représentent 10 milliard en revenus supplémentaires. À titre d’exemple, en restaurant le caractère progressif de notre régime fiscal l’État pourrait dégager des revenus de 1 milliard tout en accordant des réductions d’impôt à 87% des contribuables. Ces solutions ont été présentées au gouvernement à maintes reprises, entre autre lors de la consultation publique de la Commission d’examen sur la fiscalité. Mais c’est encore une fois dans les services à la population et dans les poches des travailleurs et des travailleuses qu’on projette de venir piger», a expliqué Vania Wright-Larin.

Le RÉPAC 03-12 regroupe une quarantaine de groupes communautaires partageant des pratiques d’éducation populaire autonome et un engagement envers la justice sociale.
– 30 –

Share

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.